GeckoGeek.fr

Paradigme d'un lézard

Dimanche 20 Août 2017

SeaPerch : Mise à l’Eau du Robot Sous-Marin

Par Lya le 07/08/2010 dans AUV, UAV & co | 0 commentaire

Vous avez construit votre SeaPerch durant les phases 1 à 3. Il est temps maintenant de le tester et de le mettre à l’eau. Voici quelques recommandations à suivre.


Checklist

Avant chaque utilisation du SeaPerch et avant de l’alimenter :

  • Vérifier si le fusible est bon
  • Vérifier que tous les interrupteurs du boîtier de commande sont en position OFF
  • Vérifier qu’il n’y a pas de court circuit
  • Faire tourner les moteurs un par un et vérifier leur fonctionnement

Réglez l’alimentation en 12V. Accrochez la pince crocodile noire sur le terminal négatif de l’alimentation, puis la pince crocodile rouge sur le terminal positif.

Mise à l’eau

Mettez le SeaPerch à l’eau. Il va maintenant falloir le lester. Utilisez ce que vous voulez ce qui compte c’est le poids, et le fait que ça ne soit pas trop gros. Vous pouvez l’attacher au filet de charge utile. Ajustez le poids du lest jusqu’à ce que le dessus des flotteurs ne dépasse que très légèrement (max 5 mm) et soit stable. Quand le SeaPerch ne possède pas de charge utile, il lui faut entre 150 et 350 grammes de lest pour atteindre une flottabilité adéquate.

Si votre SeaPerch embarque de la charge utile et qu’il coule en le mettant à l’eau, c’est qu’il est trop lourd pour la taille de ses flotteurs.

Une fois que votre SeaPerch flotte comme il faut, il est prêt à nager ! Vous pouvez y aller, amusez-vous ! N’oubliez pas de le rincer à l’eau claire après chaque utilisation, notamment les axes des moteurs pour éviter la rouille.

Allez plus loin

Le projet ne s’arrête pas là, bien au contraire, il ne fait que commencer. Ce prototype est une base qui permet de faire plein de choses amusantes avec. Nous y avons déjà fait allusion, l’intérêt est de disposer d’un porteur qui fonctionne rapidement et à moindre coût. Ce qui permet d’utiliser le temps restant pour le customiser.

Vous pouvez lui ajouter par exemple tout un tas de capteurs comme des caméras avec retour vidéo, des capteurs de pression, de profondeur ou de température, un sonar, de la lumière, des hydrophones, …

Pour intégrer tout ce petit monde vous pouvez modifier la structure, mettre des moteurs plus puissants, modifier le boîtier de contrôle, …

Et pour pousser encore plus loin, vous pouvez peu à peu chercher à le transformer en AUV, c’est-à-dire à le rendre autonome. Ainsi vous pourrez travailler sur des algorithmes de vision et de navigation.

Bref, faîtes-vous plaisir !

Manuel Complet en PDF : http://www.geckogeek.fr/static/files/SeaPerch_Manual_V1.1.pdf

Site officiel : www.seaperch.org


Laisser un commentaire